• Marakëc ë-t-âfê dotë d'ün flot de trolëbüs. Je süi grav kôtâ, mëm si je n'èm pa le modèl dü matëriël rulâ cuazi.

    Purkua ? Tu d'abor, je prëfèr lë büs a trua port o büs a selemâ de port. Sa përmè de flüidifië lë-z-âtrë è sorti dü büs, selô mua. De plüs, se ne sô pa dë büs a plâcë ba è pla. Sert, il i a ün râp è ün sürfas süfizamâ larj pur akeir ün person â fotei rulâ, mè la parti arièr ë-t-â oter. Pur s'i êstalë, il fo gravir dë marc.

    Tut së coz môntr dëja ke se büs ë de kôsepsiô âsien, ë sela se kônfirm kâ-t-ô regard la parti arièr dü büs...

    (Foto : Tic Maroc)

    Tü vua së de bobin ? Ô ne le vua pa trè biê sür l'imaj mè-z-il i a entr cakün de së bobin ë cakün dë përc dü trolëbüs û « kabl de rapël », ki sërv-t-a bèsë u môntë lë përc d'alimâtasiô. Lë trolëbüs frânsè n'â sô plü-z-ëkipë depüi bël lürët !

    Â-n-ëfè, lë trolëbüs d'ojurd'üi ô dë vërê è nô plü de fisël de rapël. Lë vërê sô boku plü sür. A l'ëpok, ô puvè arëtë û trolëbüs â tirâ së fisël. Je ne sè pa si sa marc pour lë büs de Marakëc vü k'ol ô ün batri oxilièr ki ler përmë de rulë sâ alimâtasiô par liñ aëriën...

    Dâ tu lë ka, il ne fo jamè ësëië de tirë-r-û kabl de rapël, sa pe ëtr dâjere !

    Je pâs ke l'ô-n-a actë së trolëbüs cinua d'û-n-otr aj (je prësiz kâ mëm k'ol sô nef) pars ke ler pri ë probablemâ moê-z-ëlvë ke lë trolëbüs eropëê de tëknoloji plü rësât.

    Mè pet-ëtr ke la vrè rëzô ë politik : le fabrikâ de së büs, Dongfeng Yangtse, va côstrüir ün üzin de vëikül ëlëktrik a Tanjë pur lë-z-ëksportë dâ le rëst de l'Afrik. Actë së büs, s'ë pet-ëtr pur lë-z-otoritë ün manièr de sëdüir lë-z-êvëstiser cinua...

    Mêtenâ ke j'i pâs, purkua û trolëbüs è nô û tramuè pur Marakëc ? S'ë purtâ la katrièm plü grâd vil du Marok, ün vil ëtâdü ëbërjâ o moê û miliô d'abitâ !

    J'imajin ke s'ë osi pur dë rëzô de ku. Il fo dir k'û tramuè kut trè cër a mëtr â plas, kar il fo ün lurd êfrastrüktür dëdië : dë rai, dë kè è dë dëpo pur lë ram ! Êsi, mëm si metr û tramuè a Marakëc ë-t-ün trè bon idë, û trollëbüs n'ë pa mal nô plü, s'ë pa biê grav ke sa âbark moê de jan. Pi s'ë moê onëre : la miz â plas de kuluar de sirkülasiô propr o büs êsi ke l'êstalasiô dë kabl aëriê kut moê chër.

    Par aier, û trollëbüs ë plü maniabl k'û tramuè : kâ sa ne rul pa dâ-z-û kuluar rëzërvë, sa s'êsër biê dâ la sirkülasiô et sa pe kôturnë lë peti-z-obstakl sür la rut.

    Âsüit, û trolëbüs dür de fua plü lôtâ k'û büs a karbürâ è ë moê cër a ëkspluatë è a âtretenir, pe êport ke sô pri d'aca sua plü-z-ëlvë.

    È, kom si sa ne puvè pa mie tôbë, le trolëbüs ë-t-û sistëm ne rejëtâ pa de gaz d'ëcapmâ, mi-z-â plas pe aprè la COP22 ki s'ë tenü a Marakëc, parfè pur l'imaj vërt ke la vil okr ve se donë.

    Pur finir, je süi trè-z-ere de vuar le retur du trolëbüs o Marok (il i â-n-avè a Kazablâka et Tëtuâ mè-z-ol ô disparü dâ lë-z-anë 70) è je süi êpasiâ de lë vuar â vrè !

    Orijinëlmâ postë (mè sâ koreksiô) sür Twitter.


    votre commentaire
  • Ë si je sêplifiè la lâg frâsèz dâ le büt de râdr le kod ëkri idâtik o parlë ? J'aksept se tcalêj.

    (Ci-dessus : un nouveau moyen d’écrire « Et si je simplifiais la langue française dans le but de rendre le code écrit identique au parler ? J’accepte ce challenge. »)

    Bonjour. Comme tu peux t'en douter, le français est ma langue maternelle, et j’ai un niveau à l’écrit assez élevé pour avoir le culot de corriger les gens qui font des fautes : accents, accords, déterminants, prépositions, etc.

    Moi, parce que je quelqu’un de très brillant, je n’ai eu aucun problème à apprendre à « bien » écrire ». J’ai très vite appris à rédiger des phrases sans faute et à avoir de bonnes notes en dictée, et ça me rendait très fier, quand j’étais petit, ça plaisait aux profs et aux autres adultes autour de moi, ça m’a servi à gagner des prix, j’ai l’air intelligent, c’est cool ! Et ça me permettait de me moquer sans en avoir honte des personnes qui faisaient des fautes.

    Mon dieu, heureusement que j’ai changé !

    On pourrait donc croire que je suis un puriste qui veut figer la langue française en essayant de suivre à la lettre toutes les recommandations de l’Académie et en refusant toutes les évolutions que la langue pourrait subir alors que c’est quelque chose de normal pour une langue vivante, mais dieu merci je ne suis plus comme ça.

    Nan, moi, maintenant, ce qui m’énerve, c’est quand l’orthographe sert l’élite à asseoir sa domination sur les classes inférieures. Je n’aime pas quand on se moque des gens qui font des fautes, quand on refuse de simplifier le code écrit parce qu’on ne veut pas voir de « nivellement par le bas », de « baisse du niveau intellectuel en milieu scolaire » ou autre idiotie que je suis susceptible d'entendre ici et là, quand des élèves se sentent bêtes ou s’énervent parce qu’apprendre à écrire le français est difficile, etc.

    'Fin, si tu veux d’autres arguments, tu peux regarder la vidéo de Linguisticæ sur la réforme de l’orthographe ou lire cet article en accord avec mes opinions.

    Du coup, comme je m’ennuie un peu, je me suis dit que ce serait sympa de créer un nouveau code écrit. Et, pour cela, je me suis inspiré du turc et de l’espagnol, deux langues dont le code écrit est plutôt facile à comprendre : quasiment tout ce qui est écrit se prononce. Je veux voir à quoi ça ressemblerait si c’était pareil pour le français, si un nouveau code écrit inspiré de ces deux langues serait plus logique et cohérent. Si ça se trouve, ça pourrait mettre fin au contrôle des élites sur la langue et faciliter et rendre plus rapide l’apprentissage du français écrit pour les enfants et les adultes illettrés.

    (« Contrôle des élites sur la langue », lol, on pourrait croire que je suis un complotiste !)

    (Pourquoi le turc et l’espagnol en particulier ? Ben j’ai étudié l’espagnol au lycée et j’aime écouter de la pop turque.)

    Je plaisantais un peu pour cette dernière phrase, je pense qu’il n’y a que moi dans ce monde qui vais écrire comme ça, mais j’aime bien avoir les yeux plus gros que le ventre.

    Voilà à quoi ressemblerait l’alphabet français dans cette nouvelle norme : A, Â, B, C, D, E, Ë, Ê, È, F, G, I, J, K, L, M, N, O, Ô, P, R, S, T, U, Ü, Û, V, Z. 29 lettres, 21 quand on ne compte pas les lettres à accent.

    Les voyelles :

    • A : la lettre A telle qu’on la connaît, qui se prononce /a/ ou /ɑ/.
    • Â : cette lettre se prononce /ɑ̃/. C’est la nasale « en » ou « an » en une seule lettre. Il n’y a plus de N muet (exemple : « mâtir » pour le mot « mentir »).
    • E : ça se prononce /ə/ ou /ø/, comme dans « cheveu ».
    • Ë : c’est le É (E accent aigu), qui se prononce /e/, comme dans « dé ».
    • Ê : ça, c’est le son /ɛ̃/, comme dans « vin », « daim » ou « plainte ».   
    • È : c’est la lettre È (E accent grave), qui reste inchangée et qui se prononce /ɛ/, comme dans « lait ». (Note : je constate que le son /ɛ/ tend à disparaître au profit du son /e/, donc si ça se trouve cette lettre-là est déjà morte.)
    • I : c’est la lettre I, pareil. Elle se prononce /i/, comme dans « dit ». Je ne t’apprends pas grand-chose, là.
    • O : idem ici, la lettre O ne change pas. /o/ ou /ɔ/, comme dans « dôme » ou « chose ».   
    • Ô : tu auras compris que j’ai choisi les accents circonflexes pour représenter les nasales, donc cette lettre est la nasale /ɔ̃/ (« on »), comme dans le verbe « monter » ou le mot « con ».
    • U : cette lettre se prononce /u/ (« ou ») comme dans « doux ».   
    • Ü : cette lettre se prononce /y/ (« u ») comme dans « lutte » ou « rue » (ouais, pour le coup, j’ai pas choisi ces deux mots au hasard !).
    • Û : c’est la nasale /œ̃/ (« un ») comme dans « junte » ou « lundi ».

     

    Les consonnes :

    • B : elle se prononce /b/, comme dans « bébé ».   
    • C : elle se prononce /ʃ/, comme « chant ». En aucun cas elle ne se prononce /k/ comme dans « cru » ou /s/ comme dans « celte ».
    • D : elle se prononce /d/, comme dans « dame ».   
    • F : elle se prononce /f/, comme dans « flûte ».   
    • G : elle se prononce /g/, comme dans « gant » ou « bague ».  En aucun cas elle ne se prononce /ʒ/  comme dans « genre ».
    • J : elle se prononce /ʒ/, comme dans « joie ».
    • K : elle se prononce /k/, comme dans « culture ».
    • L : elle se prononce /l/, comme dans « lent ».
    • M : elle se prononce /m/, comme dans « maman ».
    • N : elle se prononce /n/, comme dans « non ».
    • P : elle se prononce /p/, comme dans « prendre ».
    • R : elle  se prononce /ʁ/, comme dans « roi ».
    • S : elle se prononce /s/, comme dans « sirène ».
    • T : elle se prononce /t/, comme dans « tout ». En aucun cas elle ne se prononce /s/ comme dans « condition ».
    • V : elle se prononce /v/, comme dans « vent ».   
    • Z : elle se prononce /z/, comme dans « zizi ».

     

    Les lettres qui n’existent plus sont les suivantes : H, Q, W, X et Y. Le Q est remplacé par le K, le W par le U et le V, le X par « ks » et le Y par le I.

    Les différents groupes de deux lettres qui formaient un seul son disparaissent aussi. Le digramme « gn » qui se prononce /ɲ/ (comme dans « gagner ») est remplacé par « ni »1, les différents groupes comme « er », « et » et « ai » sont remplacés par les les lettres Ë et È, les nasales qui avant étaient symbolisées par deux lettres elles aussi sont remplacées par des lettres uniques comme Â, Ê, Ô ou Û, les doubles L comme dans « bataille » sont remplacés par la lettre I et enfin le digramme « ou » est remplacé par la lettre U. Les doubles consonnes sont elles aussi supprimées.

    Le but de toutes ces suppressions est d’en finir avec les digrammes, les lettres muettes, les accords et tout ce qui pourrait causer des phénomènes d’hypercorrection.

    Comme toutes les lettres muettes sont supprimées, il n’y a plus besoin de faire des accords au participe passé, de rajouter des S au pluriel ou à la deuxième personne du singulier, et de mettre un E à la fin de plein d’adjectifs pour le genre féminin. Tout est collé à la prononciation.

    La disparition des S au pluriel signifie aussi qu’il n’y a plus de liaison. Ça ne me dérange pas parce que ça ne se fait plus vraiment à l’oral, ça disparaît petit à petit. Mais si tu veux en mettre, tu peux.

    Exemple :

    « Les enfants s’ennuient à l’école et veulent aller jouer au parc. »

    • Sans la liaison : « Lë/lè âfâ s’ânüi a l’ëkol ë/è vel alë juë o park. »
    • Avec la liaison : « Lë/lè-z-âfâ s’ânüi-t-a l’ëkol ë/è vel-t-alë juë-r-o park. »

     

    « Et pour les pronoms ? » Parce que ouais pour le coup c'est « je », « tü », « il/el/ô », « nu », « vu » et, de nouveau, « il/el ». Ben, perso, je dis « ol » pour remplacer « il(s) », « elle(s) », « celui », « celle(s) », « ceux »… Mais je vois un plus grand nombre de personnes utiliser « iel » et « celleux », ce qui est bien aussi.

    Il y a sûrement plein d’inconvénients à ce système d’écriture. Je verrai après. S'il le faut, je mettrai à jour cet article et je suis prêt à le faire plusieurs fois.

    Voilà. Maintenant, vous connaissez les règles que je vais suivre sur ce blogue. N’hésitez pas à me donner vos avis, même s’il y a de très fortes chances que je me fiche de vos préoccupations si vous avez peur pour la beauté de la langue française ou des trucs comme ça. Si ça peut rassurer, je ne pense pas que ce truc aura une quelconque influence sur la langue française.

    Pour être franc, j'aurais bien aimé créer un nouveau blogue pour ça, mais j'ai changé d'avis et ai décider de mettre cet article sur ce blogue-là parce que j'ai eu la flemme d'en refaire un de zéro, même si j'étais tenté par l'idée de donner une chance à un autre service d'hébergement de blogue, comme Wordpress ou Wix.

    Pis je ne sais pas comment appeler ce nouveau code écrit, donc donne-lui le nom que tu veux, j’m’en fous, je respecte.

    Si ça se trouve, je vais peut-être aussi tweeter comme ça. Si jamais je décide de franchir le Rubicon et de le faire, tu peux suivre mon compte Twitter.

    Passe une bonne soirée et prend soin de toi.

    Mise à jour (16/01/2018) : Mon ami @dolfsquare m'a suggéré d'attribuer la lettre Ò pour les sons O semi-ouverts. Utilise-la si tu veux, c'est pas moi qui vais t'en empêcher.

    1Mise à jour (17/01/2018) : Remplacer le digramme « gn » par « ni » n'est finalement pas une bonne idée, surtout pour des mots comme « ligne » ou « signe ». J'ai donc décidé d'ajouter une lettre pour ce son, et il s'agit de la lettre espagnole Ñ. Ainsi, le mot « ligne » peut s'écrire « liñ ».


    votre commentaire
  • Bonjour camarade !

    Ça fait un bail que j'ai rien écrit sur ce blogue, mais c'est pas grave parce qu'en vrai je m'en fiche. Tu ne m'en voudras pas.

    C'est drôle, je ne parle plus d'automobile ces derniers temps mais de pop turque. Peut-être que j'en ai marre, pas grave.

    A chaque fois qu'elle me voit écouter de la pop turque, on peut lire « God save this child! » dans les yeux de ma sœur. Elle m'a perdu.

    Abdullah İnal1 (note la présence du point sur le I majuscule ; c'est comme ça que ça fonctionne en turc : le İ (i) et le I (ı) sont deux lettres différentes qui ne se prononcent pas pareil, c'est-y pas hyper cool ?) est un chanteur que je ne connais pas. Je ne sais pas s'il vient de se lancer ou pas, s'il a fait d'autres chansons ou non... Pour être franc, ça ne m'intéresse pas. Aujourd'hui, j'ai juste envie de parler de ce clip que je trouve vraiment cool !

    Pour commencer, je vais d'abord reconnaître qu'il y a seul gros truc de pas cool du tout : la thumbnail (l'image fixe de la vidéo, la miniature, qui sur cet article est plutôt de grande taille...). Si tu regardes la vidéo, tu comprendras que sa miniature n'est pas du tout assortie, pour deux raisons :

    1. la typographie est juste mauvaise et illisible ;
    2. la règle d'or n'a pas été respectée : les portraits frontaux de près, c'est pour la carte d'identité et pour les passages au comico, rien d'autre ! Quand t'as l'occasion de pas être pris de face, à tous les coups faut la prendre, à moins d'être hyper bien maquillé et d'avoir un bon photographe. Pis faut fermer la bouche, c'est hyper important, on dirait que le gars est tout hébété le pauvre ! Ce n'est pas la plus belle photo du visage d'Abdullah İnal ! Il était possible de tirer de meilleurs portraits directement du clip vidéo, il y a plein de gros plans sur le visage du chanteur, qui est beaucoup plus beau que ce que l'on voit sur la miniature, vraiment, le gars est beau gosse.

    Des miniatures comme ça, ben ça ressemble à mon visage quand je prend une photo d'identité dans une cabine Photomaton : c'est moche. En plus de ça je dois faire face à un résultat complétement décalé de ce que j'ai l'habitude de voir sur un miroir. C'est l'une des raisons pour lesquelles je suis difficile à prendre en photo, tout le temps je m'échappe du cadre. Je n'aime pas être déçu par l'image que je vais laisser là-dessus. Donc, si je ne m'enfuis pas, je grimace et je me fais tout moche, parce que si t'as un visage zarbi au naturel autant le cacher en étant encore plus zarbi. Tu peux appliquer le même principe avec les mensonges : plus c'est gros, plus c'est crédible.2

    Et c'est vraiment dommage qu'un détail pareil puisse ternir un peu toute l'atmosphère communiquée sur le clip vidéo.

    On se consolera par le fait qu'Abdullah İnal a le crâne tondu, ce qui est selon moi du plus bel effet, j'ai d'ailleurs moi aussi le crâne tondu et je me vois ravi de savoir qu'il fait d'excellent choix capillaires (il faut préciser que, dans ce domaine, tout choix similaire aux miens est un bon choix).

    Maintenant que j'ai fini d'être médisant, on va parler de la vidéo, et purée y a plein de trucs à dire !

    Par où commencer ? Bah, en premier lieu, ça va vite ! A peu près tous les plans ne durent pas plus d'une seconde et beaucoup d'entre eux sont soit ralentis soit très rapides. Le cerveau n'a pas le temps de voir ce qui se passe en détail dans chaque scène. Si ces plans étaient plus longs, le clip entier serait extrêmement kitsch, et ce malgré le très remarquable travail fait au niveau des prises de vues, des lumières et des couleurs dominantes dans différents plans (il y a des scènes à dominantes jaunes, bleues, rouges, blanches...). Le clip est vraiment beau à voir et la raison tient dans ces plans à durée très courte.

    Il faut dire que ce clip ne raconte pas grand chose : ça se passe dans un garage aux murs gris et il y a une Dodge Challenger aux phares allumés. Il y a aussi une piscine dans laquelle Abdullah İnal plonge tout habillé. On peut voir Gülşen monter dans la voiture, regarder dans le vide, poser ses mains sur son cou, fermer ses yeux, pendant qu'İnal l'enlace, lui fait des bisous, regarde la caméra de haut, se colle contre le mur, flotte sur l'eau de la piscine et se fait tout beau. Chacune de ces mimiques, de ces mouvements, de ces expression du visage devient complétement ridicule quand on prend le temps de scruter chaque plan dans ses moindre détail (il faut d'ailleurs dire qu'il n'y en a pas beaucoup vu que le décor est très épuré, minimal et gris !).

    C'est Gülşen qui a écrit cette chanson, d'ailleurs. C'est pour cela qu'elle est dans le clip, en toute grâce et beauté. Elle a juste la classe, dans la Dodge et hors de la Dodge, et je ne sais pas quoi dire d'autre.

    J'ai tellement écouté de pop que je sais ce qui me plaît le plus dans ce genre de musique. On reproche souvent à la pop de peu innover, d'être commerciale, consommable, consensuelle. Ce n'est pas faux : le but de la pop est de plaire au plus grand nombre. Je trouve souvent ce que j'aime le plus dans la pop turque, parce qu'il y a souvent du violon et du luth. Moi, j'aime le violon et le luth, même synthétisé. 

    J'aime encore mieux quand c'est tout bien équilibré et dosé. Souvent, dans une chanson, y a trop de violon, trop de luth, pas assez des deux, ça dépend ; mais, pour le coup, la chanson Dünya me satisfait pleinement. Y a du luth, du violon, des basses sympa et un rythme rapide.

    En vrai, je pourrais prendre le temps de mieux m'expliquer, mais j'ai la flemme. Ce qu'il faut retenir de cet article, c'est que j'aime cette chanson et que je trouve le clip cool.

    Bye. 

    1Abdullah İnal et moi j'exhale.

    2En vrai je garantis pas que ça marche.


    votre commentaire
  • Vous ai-je déjà parlé de Googoosh ?

    Pour faire court, Googoosh est une chanteuse iranienne qui est sur scène depuis très longtemps.

    Elle a connu ses heures de gloire dans les années 70, juste avant la révolution de 1979.

    Au moment où l'Iran change de régime, Googoosh perd le droit de chanter. Il faudra attendre l'an 2000 pour la revoir sur scène, hors d'Iran.

    Ma chanson préférée de sa période de gloire est Talagh. Y a du drame dedans, j'en suis sûr. J'ai pas vu les paroles.

    Behesht, c'est la chanson qui m'a permis de connaître Googoosh. Elle avait été partagée sur un post de blogue anti LGBTphobie.

    Googoosh a de la grâce.

    Hastamo Nistam, c'est un très beau clip. Genre franchement on pourrait faire pleurer quelqu'un avec.

    Ça, c'est son dernier clip. C'est une reprise d'une de ses vieilles chansons. Le clip est un tire-larme classique, un peu mieux qu'une telenovela mexicaine ou turque, parfait pour qui aime le drame.


    votre commentaire
  • J'ai déjà évoqué cette chanson ici et ; mais maintenant que je l'ai réécoutée après plusieurs mois, parce que j'écoutais autre chose, je me sens obligé de penser que Dan Dan est la meilleure chanson pop turque de cette décennie. Je ne plaisante pas.

    On va dire que celle de la décennie précédente est Şımarık, même si je ne suis pas d'accord. Mais je vais me taire parce que je n'étais pas né quand cette chanson fut sortie.

    J'ai longtemps hésité, parce que Bangır Bangır, de la même chanteuse, est très très bien aussi. Mais cette dernière a déjà un très grand succès (plus de 218 millions de vues sur YouTube au moment où j'écris cette article !), pis Dan Dan a un meilleur clip, je trouve. Donc maintenant je vais chercher à vous expliquer mon opinion.

    La chanson. Ça commence hyper bien : du oud. Et on en aura jusqu'à la fin de la chanson, et heureusement, parce qu'on ne s'en lasse pas, même si c'est toujours le même son qui est répété : « do♯ do♯ do♯, si♭ si♭ si♭, sol si♭ do♯ do » (je pense que mes anciens profs de solfège m'en voudraient pour l'avoir écrit comme ça, oui j'aurais pu faire un effort...).

    C'est ultra efficace, c'est ce qui rend reconnaissable une chanson, et, avec le clip, c'est assez badass.

    C'est juste après que les percussions entrent pis le couplet commence.

    Et là « DAN ! DAN ! DAN DAN DAN DAN ! ».

    Je pense que ça veut dire « bang », mais je ne suis pas sûr. J'ai pas checké (en vrai je m'en fous : je n'ai pas envie de connaître les paroles. Je n'aime pas vraiment les chansons dont je comprends tout de suite les paroles.)

    Le refrain reprend le son joué par le oud. C'est la même phrase musicale qu'est répétée plusieurs fois. Mais en vrai ça marche, je ne trouve pas ça trop répétitif (en vrai, je ne m'en lasse pas !). C'est simple et efficace.

    Pis le clip ! Oh purée le clip ! C'est parfait ! On n'associe pas habituellement le désert américain avec les sons du oud, mais là ça fonctionne ! Ce clip est hyper bien fait, je trouve qu'il respire la qualité !

    J'adore les scènes avec les ombres et la fumée marron, c'est très esthétique ; les dominantes brunes et rouges (je pense que je n'arriverai jamais à rentrer dans cette tenue de latex !), la route et la belle américaine des années 70, avec ses lignes droites si caractéristiques de cette époque, c'est super, je n'ai rien de plus à dire !

    Quand je dis la belle américaine, je parle de la voiture. Ça tombe bien : on est sur Ady et les automobiles. Youhou ! Lancez-moi des fleurs !

    En vrai, si vous aimez la théorie musicale, y a un bon article ultra-intéressant sur Teenage Dream et ses syncopes, suffit de cliquer ici.

    Je ne sais pas si je vous parlerai un jour Yatcaz Kalkcaz Ordayım et de Bangır Bangır. On verra.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires