• C'est vrai, ça fait longtemps que je n'ai rien écrit, mais c'est pas grave, et je m'en fous!.

    Enfin, si j'ai mis autant de temps à pondre un article, ce n'est pas seulement par paresse, mais aussi parce que la galerie d'images officielles s'est fait attendre - d'ailleurs, je la trouve incomplète.

    Je dis « incomplète » parce que oui j'aurais aimé avoir plus d'images; comme ça, je n'aurais pas eu à mettre comme première illustration la photographie ci-dessus: elle ne met pas du tout en valeur une automobile très élégante et sexy.

    C'est vrai qu'il y a de l'amélioration. Je trouvais l'ancienne particulièrement hideuse: elle était ronde, certes, j'aime ça, mais son style intérieur et extérieur était cheap.

    La nouvelle face avant typée Peugeot lui sied à merveille, la couleur violette aussi, et c'est pareil pour les feux - surtout les feux: le regard est si félin...

    A l'arrière, on retrouve les griffes - très - stylisées de Peugeot ainsi que le hayon de verre noir du modèle précédent. Le plus gros changement, c'est la largeur du véhicule que l'on remarque - et pas qu'un peu - sur cette image.

    A la base, la Peugeot 108 résulte de la collaboration de PSA Peugeot Citroën et Toyota. C'est pour cela que la même existe avec des chevrons (la Citroën C1, que je trouve moche) ou avec un style et un logo Toyota.

    Cette image est bien meilleure que celle de tout en haut.

    « Ben alors, pourquoi c'est pas celle-là que tu mets en haut? T'es bête! »

    Ben parce que je voulais montrer qu'il y avait une capote après avoir fait l'introduction. Et je ne suis pas bête. Demande-moi pardon.

    (Ça ne se voit pas beaucoup, mais je fais allusion à Karim Debbiche - ou plutôt Karim Debbache, qui a animé une très bonne chronique vidéo sur YouTube que vous devez ab-so-lu-ment découvrir, et c'est par ici...)

    Revenons à la capote. La 108 peut être découvrable. Quelle belle idée - même si elle est un peu vieillotte! Après tout, pourquoi pas? C'est simple, c'est pas très cher et c'est agréable. En plus, 'y a du chrome dessus!

    Encore mieux: il est possible de choisir la couleur de la toile. D'ailleurs, la mode depuis quelques années est la personnalisation des petites voitures, et ça tombe bien: il y a sept programmes de personnalisation différents, et ils collent tous à l'élégance de la Peugeot 108.

    A l'intérieur, le dessin est moins raffiné - c'est simple, mais il y a des défauts: par exemple, la laque sur le volant n'est pas - du tout - du plus bel effet: il fallait la mettre autour des bouches d'aération...

    Mais ce n'est pas grave. J'aime beaucoup le motif des sièges.

    Il est possible de rabattre les sièges arrières pour bénéficier de plus d'espace, mais ce n'est pas plat. On voit bien que c'est dans ce domaine-là que les Européennes auront beaucoup de mal à égaler les Japonaises: la praticité. D'ailleurs, le coffre de la 108 est ridicule, mais bon, on peut rabattre les sièges.

    « Et si t'as des passagers avec toi? »

    Mince.

    « Haha! Je te l'avais dit: t'es bête. »

    Je ne suis pas bête. Demande-moi pardon immédiatement.

    « Non. »

    Toi, je vais te dire deux mots: sors... sors!

    Passons. Les gadgets, tiens! les petits gadgets, les options qui rendent la 108 intéressante - et ils sont nombreux: 

    Par exemple, il y a un écran tactile 7" qui fait office d'écran pour la caméra de recul.

    (Ç'aurait été plus intelligent de la part de Peugeot de mettre ça dans le rétroviseur, comme dans la Mitsubishi eK Space...)

    Il y aussi une nouveauté totalement innovante et futée: le Mirror Screen.

    Cette fonction, basée sur la technologie MirrorLink™ consiste en... enfin...

    « Ha! T'arrives pas à expliquer! »

    Je t'ai pas dit sortir? Va-t-en!

    Je disais, enfin... Il suffit de connecter via un câble son smartphone au système et - magie - ce qui s'affiche normalement sur l'écran du téléphone apparaît sur l'écran tactile de la planche de bord. Ainsi, plus besoin de toucher au téléphone pendant la conduite.

    « C'est pas un peu dangereux, ça? »

    Sors!

    Bon! C'est fini. A la prochaine sur Ady et les automobiles.

    « C'est ça: au revoir! »

    Hihi! (Pan.)

    N'oubliez pas de commenter, de répondre au sondage, de faire un petit tour sur la page Facebook et de partager.

    A bientôt.

    « A... »

    (Pan. Pan. Pan.)

    smile

    Hersi - One Night's Anger

    Images: Peugeot.

    P.-S.: Encore une fois, un lien vers les chroniques de Karim Debbache, parce que j'ai illustré l'article avec des blagues que lui m'a fait découvrir.


    3 commentaires
  • Je suis très content, aujourd'hui: cet article est le centième. Le centième. Le cen-tième. Ohemgé, que je suis content. Je me sens drôlement bien, vous ne pouvez pas comprendre, enfin, je crois.

    Je sais ce que je fais et je ne m'excuse pas d'avoir utilisé un gif illustrant déjà un article de ce blogue (celui-ci).

    Pour fêter ça, pizza.

    Non, plutôt un instant statistiques; c'est mieux. (J'imagine que certains d'entre vous ont compris à qui je faisais allusion. Ceux qui ne connaissent pas, qu'ils cliquent .)

    Alors, je compte: tiens, comme c'est bizarre: je n'ai fait que sept articles sur des kei (celui-là étant le 8ème). Je croyais en avoir écrit plus. N'empêche, cela représente la seule catégorie à laquelle j'accorde une grande importance dans ce blogue: voyez-vous une autre catégorie dans le tag cloud à droite?

    Transition.

    Vous vous rappelez de la Mitsubishi eK Wagon? Et bien Mitsubishi est toujours sur sa lancée et, toujours avec la collaboration de Nissan, nous pond une nouvelle kei défiant la toute nouvelle Suzuki Spacia et la nouvelle Daihatsu TanTo - c'est la période du renouvellement de gamme, au Japon, en ce moment...

    J'aime beaucoup son style, très proche de l'eK Wagon (serait-ce une nouvelle identité stylistique?). Elle est tout aussi carrée que ses concurrentes, mais elle a droit à plus de rondeur et de gaieté, et ce grâce à au contour des vitres ondulants, ses phares hauts vu de devant ainsi que son capot très court - presque écrasé - qui ressemble un peu à un groin de cochon, ce qui je trouve très sympathique. Il ne lui manque plus qu'un toit de couleur blanche ou noire, en tout cas un peu de personnalisation, car je pense qu'il serait très facile de rendre glamour ce cube à roulettes.

    C'est sous cet angle que l'on se rend compte que le volume d'une kei est limité; la eK Space est donc courte, très étroite et très haute!

    Cette hauteur importante oblige Mitsubishi d'équiper son eK Space de stores (en option, bien sûr) pour protéger du soleil les potentielles victimes d'une trop grande surface vitrée. 

    Je trouve quand même qu'il y a assez de place pour installer des rideaux de cuir qui coulissent horizontalement. Si en plus les tablettes aviation derrière les sièges étaient en bois, l'effet Rolls-Royce est garanti. Aucune de ces deux idées n'est proposée en option ou comme accessoire, dommage.

    L'intérieur de l'eK Space est bien plus agréable à regarder que celui de la Suzuki ou de la Daihatsu. La planche de bord laquée ne donne pas du tout l'impression de conduire un cube à roulette. C'est très moderne sans être trop futuriste.

    Les commandes de l'air conditionné sont tactiles, tout comme l'écran multifonctions proposé en option.

    Comme il s'agit d'une automobile dont l'usage est exclusivement urbain (ou presque), l'eK Space consomme peu d'essence (elle le doit!). Les feuilles situées prés du tachymètre s'allument et s'éteignent de façon à aider le conducteur à adapter sa conduite pour consommer le moins de carburant possible et donc de moins polluer. Mais il manque un truc... où est le compte-tours? la jauge d'huile? la température du liquide refroidissement moteur? N'est-ce pas dangereux de manquer de toutes ces informations? C'est dommage, car les petites astuces pratiques foisonnent!

    Le système d'aération situé au plafond est parfait pour les périodes de grandes chaleur!

     J'aime beaucoup les sièges avant « collés ».

    Les sièges sont modulables: il est possible de les faire coulisser pour faire agrandir le coffre ou au contraire gagner plus d'espace pour les jambes.

    Bon. C'est fini. A bientôt. smile 

    Samira Said - Mazal

    Images: Responsejp - voyez la galerie complète en cliquant ici.


    8 commentaires
  • Je suis gâté et vous le serez aussi: 'y a des tas et des tas d'images, ce coup-ci, parce qu'il y a plein de choses à voir!

    La belle mais vieillissante Chrysler 200 actuelle sera enfin remplacée par celle-là en 2015. Je la trouvais charmante, mais au fil des jours je l'aimais moins, et j'avais peur que le groupe Fiat détenant Chrysler - et qui est devenu FCA - ne la change pas (car c'est ce qui se passe chez Lancia, qui va sûrement disparaître en 2017...).

    Voici donc ci-dessus les toutes nouvelles 200. A droite, la 200S, comme sport, et, à gauche, la 200C, comme... luxe.

    J'aime son design très épuré qui paraît intemporel; en effet, j'imagine mal un futur restylage de ce modèle contrairement à plusieurs nouveaux véhicules qui arrive sur le marché dont on devine principalement ce qui les rendra dans le futur vieillissants. Ah, les lignes fluides et courbes, qu'elles sont séduisantes!

    Vous remarquerez aussi que sa ligne ressemble beaucoup à celle de la Dodge Dart. Ces deux véhicules font bel et bien partie de la même famille!

    Pourquoi je dis cela? c'est surtout à cause des ¾ arrières, voyez-vous?

    C'est joli, mais j'aurais quand même préféré quelque chose de plus américain... J'aime quand même la toute nouvelle identité stylistique de Chrysler que cette 200 a inauguré, et j'espère qu'elle portera le badge Lancia si un jour on l'exporte en Europe...

    Je n'aime pas beaucoup la Chrysler 200S (la bleue), mais j'ai plein d'images, donc j'en parle!

    Il s'agit de la version sportive qui a un V6 3,6 L Pentastar® 295 ch. Ça va vite, c'est sûr! Et elle est disponible soit en « FWD » (front-wheel drive, traction avant), soit en « AWD » (all-wheel drive, quatre roues motrices, très utiles quand il neige et idéales pour une conduite sportive...). La transmission est évidemment automatique (ah, l'Amérique...), à 9 rapports (c'est beaucoup!).

    Passons à l'intérieur de la 200S. 

    C'est juste une nouvelle version de l'intérieur de l'ancienne 300; de toute façon, il n'y avait pas grand chose à changer. On reconnaît l'intérieur d'une Chrysler des années 2010 à sa console centrale dotée d'une « bouche » béante entourée de chrome (dans la 200S, c'est du chrome sombre, car du vrai chrome va à un intérieur plutôt typé luxe...) avec un écran tactile au milieu (une Uconnect® 5.0 du groupe FCA, 5", commande vocale et Bluetooth® intégrés...) et deux buses d'aération à ses côtés. Ce qui change, c'est la partie bleue du fond qui fait « sport » (j'aurais préféré de la fibre de carbone: ça, ça fait sport... Je n'aime pas les versions sportives, anyway...), ainsi qu'un tout nouveau volant et de nouveaux sièges sport « colonne vertébrale » estampillés « S ».

    Avec trois images, vous êtes sûrs de bien voir le S brodé sur le cuir...

    Autre nouveauté: il n'y a plus de leviers. Plus de levier de frein à main, plus de levier de vitesse: une mollette et un bouton que l'on utilise avec quatre doigts ou moins!

    Les compteurs eux aussi ont été modernisés: ils sont digitaux.

    De plus en plus d'automobiles sont livrées avec un éclairage bleuté, comme ce que l'on voit ci-dessus. Il faut dire qu'il est scientifiquement prouvé que cela retarde la fatigue...

    Je suis content d'en avoir fini avec la 200S. Je préfère largement la 200C - elle est bien plus charmante!

    Je la trouve meilleure tout simplement parce que sa calandre est chromée. Et en plus, elle n'est pas sportive ('faut laisser ça à Dodge!).

    J'ai déjà dit un peu plus haut que la partie arrière ne me plaisait pas trop. Dommage, car la 200 est vraiment belle. Mais c'est confirmé: je préfère la Dodge Dart.

    Les phares arrières sont à LED, et le logo Chrysler est gigantesque. Je suis content qu'ils n'en aient plus honte.

    La face avant en impose! Remarquez les caméras de stationnement bien cachés dans la calandre inférieure.

    Les poignées de portes gagnent en élégance avec leur touche de chrome. Vous voyez le bouton, là? C'est l'entrée sans clef. Plus besoin de la sortir de son sac ou de sa poche: si on sort de la voiture et qu'on s'en éloigne, elle se verrouille toute seule, comme une grande, et inversement.

    Il y a plein d'autres détails, comme la calandre supérieure en nid d'abeilles ou les rétroviseurs extérieurs aérodynamiques, mais on ne va pas s'éterniser là-dessus et on passe à l'intérieur.

    C'est largement différent de l'intérieur de la 200S, pas vrai? Il faut dire que le beige va avec tout. De plus, les sièges clairs à passepoils noirs me fait penser aux vieux vaisseaux des années 30. C'est drôlement élégant et très reposant.

    Deux types d'intérieur sont disponibles: l'intérieur d'une 200C standard [voyez l'image ci-dessous] est doté de sièges de cuir noir ou beige pâle sans passepoils.

    Les boiseries sont sombres et les incrustations comme le cerclage des poignées de portes intérieures ou celui des buses d'aérations sont en aluminium.

    A l'arrière, aussi, on a droit a un rappel de la planche de bord Chrysler!

    Ce petit espace de rangement inspiré de Volvo a pour particularité de représenter la ville de Detroit, qui est le berceau de Chrysler.

    Le second intérieur est bien plus valorisant. Il est proposé en option (Premium Group, 3185 $ actuellement...). Il s'agit en fait d'un pack d'option comprenant un amplificateur audio de 506 W, un écran tactile 8,4" Uconnect® 8.4 (au lieu du 5.0 standard), des sièges de cuir Premium ventilés/chauffés, un volant bicolore chauffé, des incrustations de chrome couleur bronze (que je n'aime pas du tout...), du bois véritable...

    Le volant a un moyeu plus petit que celui des autres Chrysler, et il est bardé de boutons...

     

    L'interface de la Uconnect® est un peu vieillote; dommage...

    Ce petit espace de rangement est camouflé par une planche de bois coulissante dotée de porte-gobelets. Clever!

    Un gadget que je trouve totalement inutile: les speakers Alpine® qui distribuent le son d'une manière révolutionnaire que seuls les amateurs de musique savante ou alternative reconnaissent... En tous cas, pas moi, donc ça ne sert à rien. Mais bon, on est dans une 200C.

    Voilà. C'est fini. J'ai tout mis. Je vous invite maintenant à commenter cet article, de le partager sur les réseaux sociaux (en passant, vous pouvez retrouver Ady et les automobiles sur Facebook...), de répondre au sondage, de me laisser un petit mot gentil... Faites ce que vous voulez.

    A bientôt. smile

    Four Phonica - Sabotage

    Images: Chrysler, dont le site web est brillant de modernité.


    4 commentaires
  • Je sais que ça fait longtemps que rien n'a été écrit sur ce blogue. Je m'en fiche: des fois ça veut pas, alors je procrastine, et j'en ai bien le droit!

    Je n'apprécie pas vraiment les 4x4, qu'ils soient purs et durs, comme le Defender, ou plus luxueux, comme le Range Rover, mais ce n'est pas grave: les 4x4, c'est pratique et ça va partout - vraiment partout. Ce que je n'aime vraiment pas, c'est les SUV, les crossovers tels le Nissan Juke, le Renault Captur, le Peugeot 2008, le Mitsubishi ASX, le Ford Kuga, etc. Ce genre d'automobile est une abomination pour moi: ils ne franchissent que le trottoir et sont lourds et polluants. En plus, les gens achètent ça pour faire de la route! Ça m'énerve! Qu'ils créent autre chose qui soit polyvalente, je ne sais pas, moi... en tous cas un truc qui n'est pas déguisé en 4x4!

    Bizarrement, si je le pouvais, je m'achèterais bien un Vezel, ne cherchez pas à comprendre. Je crois que c'est l'une des meilleures Honda, avec la CR-Z, l'Insight (oui, l'Insight), la Civic (8ème génération, bicorps - je sais de quoi je parle!) et la N-One...

    Le nom est bizarre, quand même. Les anglophones prononcent « V'zæeeeel! » et les Japonais « Bezeru ». Rapidement. « Vezeru ». Parfois même « Vez'ru » tellement c'est rapide, pas comme « Vezæeeeeel! »

    Mais peu importe le nom. Le Vezel est beau, et il est dynamique, comme tous les modèles Honda - hormis les kei - sauf la N-WGN qui a se démarque un peu des autres... Je crois que Honda a décidé que tous ses modèles arboreraient des phares un peu allongés et forme de triangle (enfin, pas vraiment, mais on se comprend...).

    J'aime bien la calandre; elle est bien intégrée au dessin de la proue. Il existe une autre version de cette calandre, chromée, bien plus élégante et luxueuse; mais la calandre graphite simple est bien aussi.

    L'arrière, ça ressemble un peu à celui de la Civic bicorps actuelle - qui est vendue en France et dont je n'aime pas l'intérieur.

    Avez-vous remarqué le sigle « Hybrid » sur le hayon? Et oui: le Vezel est disponible en hybride! Il est devenu si commun de rouler hybride au Japon que l'exotisme, c'est de ne pas proposer d'hybride dans la gamme.

    Je plaisante.

    Mais on observe quand même que la gamme Honda est de plus en plus proposée avec un moteur hybride. Il suffit de voir l'Insight, la Jazz, la Fit Shuttle, la Freed, l'Accord (la version japonaise, pas celle qui est vendue en Europe et au Maroc...), la Civic américaine... Si ça marche au Japon et en Amérique (sauf qu'en Amérique, c'est la Toyota Prius qui marche...), pourquoi pas chez nous? Comme ça, il y aura une sorte de transition vers l'électrique, et acheter une automobile comme la Renault ZOE ne sera plus un acte militant...

    Le Vezel ne se contente pas d'être dynamique à l'extérieur. L'intérieur lui aussi à eu droit à un peu de sportivité, comme dans la majorité des Honda. Ainsi, la planche de bord est asymétrique et dirigée vers le conducteur (j'aime bien cette interprétation: « Le conducteur est la pièce maîtresse de l'automobile. »). L'habitacle est aussi extrêmement moderne: les courbes sont très douces, il y a de la laque çà et là, quelques touches d'aluminium (mais j'aurais préféré du chrome et des boiseries...), de grosses bouches d'aération intérieure (surtout du côté passager - c'est sûr, on ne crèvera pas de chaud là-dedans...). Mais, surtout, ce qui donne du style à l'intérieur, c'est le cuir orangé et le large écran tactile.

    Dommage que la sellerie bicolore qui va avec la planche de bord ne soit pas entièrement en cuir, mais des sièges entièrement couverts de cuir sont disponibles. Honda a de plus décidé que le client peut choisir n'importe quelle couleur de sellerie, pourvu qu'elle soit noire, comme l'a si bien dit Henry Ford...

    Les sièges ne se contentent pas d'être beaux: tout est modulable, comme dans toute automobile japonaise qui se respecte; c'est pour cela que les sièges sont rabattables. Il est possible d'obtenir un plancher totalement plat pour faciliter le chargement.

    Et, comme dans la Civic ou la Jazz, il est équipé d'un système typique de chez Honda appelé « sièges magiques » en France - et qui sont présentes dans les modèles N Box et N-One. C'est très pratique quand on a un téléviseur grand écran à transporter...

    Bon. C'est fini. J'ai plein d'autres articles à écrire - eh oui, il y a plein des belles pièces qui sont sorties ou qui existe déjà depuis un petit bout de temps et elles feront l'objet des articles à venir. Sinon, je pense déjà à l'Auto Expo 2014 - j'attends ça avec impatience car 2013 fut une belle année, et les modèles sortis en France en 2013 seront présents à Casablanca en 2014, comme la 308. Par rapport à ce que j'ai fait en 2012 (cliquez ici pour voir), je compte faire autre chose... Une vidéo, peut-être... Qu'en dites-vous?

    A plus tard! 

    Photographies: Honda.


    4 commentaires
  • Elle a un aspect très « concept », vous ne trouvez pas? En fait, c'est la calandre qui fait ça...

    La Toyota Sai vient de se faire restyler cette année, et le résultat (ce que je vous présente) est réussi. La calandre illuminée de cette espèce de... X en LED et les phares arrières qui arborent la même signature donnent de l'agressivité et du dynamisme à un modèle qui avait l'air trop sage (et dont les phares de devant étaient tout petits petits à mon goût).

    La Toyota Sai n'existe qu'au Japon, où l'on n'hésite pas à acheter hybride (et en plus ils ne connaissent pas le diesel!) voire électrique. En effet, la Prius et l'Aqua - deux modèles exclusivement hybrides - sont les modèles les plus vendus au Pays du Soleil levant. Apparemment pas celle-là, dommage.

    Vous ne connaissez pas l'hybride? Quel dommage!

    Je n'aime pas beaucoup que le logo soit placé au milieu de la bande de LED qui relie le côté droit du véhicule au côté gauche, à l'avant comme à l'arrière, pour la pure et simple raison que ça casse. J'aime bien les gros logo, mais 'faut bien les placer.

    Sinon, parlons de l'intérieur, luxueux comme il se doit, bien dessiné, bien pensé. J'aime beaucoup les matériaux nobles que l'on a utilisé - ce bois brillant sur la planche de bord et le volant, ce chrome placé par petites touches, ce cuir à passepoils sur les sièges [image ci-dessous]. Dommage que le style devienne vieillissant, il mériterait d'être plus épuré, je trouve; mais ce n'est pas grave: on ressent la sportivité de l'habitacle quand il est sombre, et aussi son élégance quand ses tons sont beige clair.

    C'est triste quand même que nous n'en profitions pas, il serait invendable chez nous: des berlines comme ça, on les achète en diesel.

    Bon. J'ai tout dit. Je suis content de vous avoir fait connaître cet engin. A bientôt sur Ady et les automobiles. 

    P.-S.: une automobile hybride a deux moteurs: l'un est thermique (normal, quoi: à explosion, à essence - ou diesel) tandis que l'autre est électrique, et ces deux moteurs s'« entraident » pour rouler. Cela permet de consommer moins de carburant et de rejeter moins de gaz d'échappement. Le moteur électrique se recharge de plusieurs façons selon les modèles: soit il y a une dynamo au niveau des freins pour permettre de recharger les batteries en cas de freinage ou de décélération, soit on connecte l'automobile à une prise électrique pour la recharger comme on recharge un téléphone portable.

    Photographies: Toyota.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique